keyboard_arrow_left Retour
CHRONIQUE / RAS-LE-BOL

Un peu de courage, que diable!

NON! Madame Ghisolfi, cela ne se passera pas comme ça! Elue tessinoise – on se demande bien par qui – vous voulez interdire la cigarette en plein air. Pas de doute, le PDC, dont vous faite partie, mérite bien son nom. Après tout, les interdits, c'est une grande spécialité des religions.

Bravo donc pour cette courageuse initiative, dans l'air du temps, si j'ose dire. Mais vous n'allez pas assez loin. Vos intentions sont certes louables, mais votre projet est  timide, que dis-je, timoré. Certes, le tabac tue, dit-on, quelque 9000 personnes par an en Suisse, mais d'autres causes de décès méritent d'être règlementées. Et donc:

OUI! Il est impératif que l'Etat intervienne dans tous les domaines et réglemente extensivement, même si c'est parfois au détriment des libertés et responsabilités individuelles. Car l'Etat idéal est celui que le chansonnier Gilles chantait, celui dans lequel tout ce qui n'est pas interdit est obligatoire! Permettez-moi donc de compléter votre projet.

Mes propositions:

1.    Interdiction de respirer sans être équipé d'un masque à gaz, car la pollution, notamment de l'air et de l'eau, est la cause de 5000 décès par année en Suisse. Sans compter que fabriquer 8 millions de masques, donnera du travail à nombre de malheureux chômeurs.

2.    Interdire la voiture, cause de 17'600 accidents l'année dernière, soit 216 morts et 21'000 blessés. Certes, l'Etat n'encaissera plus ses quelque 80 centimes de taxes par litre d'essence, mais il n'en aura pas besoin puisqu'il n'y aura plus de routes à entretenir.

3.    Interdire la fabrication et la consommation d'alcool, cause, de 3500 décès par an, de nombreux accidents de la route (38 morts et 1900 blessés en 2016), de maladies graves, de maltraitance, harcèlement et divorces. Là, vu les réserves, il faudra sans doute accepter un moratoire de 10 ans, notamment dans le Valais et dans le canton du Jura, mais tout est négociable...

4.    Interdire le suicide, cause de 1400 décès par année et introduire la peine de mort pour les tentatives.

5.    Interdire les enfants, car ce ne sont pas moins de 150'000 accidents domestiques qui surviennent chaque année dans ou autour de leur habitat, cause de 14 décès. Sans compter ce que doivent débourser les assurances-accidents.

6.    Interdire aux vieux de marcher, car ils sont 250'000 à chuter chaque année et 1300 à décéder des suites de leur chute. Et comme il y a toujours plus de vieux, l'impact sur les cotisations à l'assurance-maladie est impressionnant et que voici donc un moyen de réduire les coûts de la santé.

Quant au tabac, à l'origine de vos propositions, allez au bout de votre projet: qu'il soit tout simplement interdit. Point. Il suffira d'installer des alarmes-fumées dans les maisons et appartements (toilettes incluses) et de fortement saler les amendes, histoire de compenser le manque à gagner de l'Etat (60 % du prix du paquet de clopes, soit plus de 2 milliards de francs par an, destinées à l'AVS-AI).

Amoureux, comme on le sait, des libertés individuelles, l'UDC pourrait alors lancer une initiative demandant à la Confédération d'acheter quelques milliers d'hectares dans le désert saharien où fumeurs, buveurs candidats au suicide, obsédés de la voiture etc. pourraient faire ce que bon leur semble sans polluer les innocents.

Michael Wyler

Heureux retraité, Michael Wyler est un «ex». Ex avocat, ex directeur de feu le Groupe Swissair en Chine et ex dircom....

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR