keyboard_arrow_left Retour
CULTURE / Jeux

Une pétanque tout terrain venue du Nord

J ouer c'est bon pour la tête! Avec plus d'un millier de sorties par année, uniquement pour la discipline du jeu de société, il faut étendre la pratique aux tables des terrasses, des trains, des écoles, à nos serviettes de plages, aux dîners de famille... C'est pourquoi «Bon pour la tête» vous propose un rendez-vous mensuel dans lequel Ondine partage avec vous ses découvertes.

Par cette chaleur, je vais éviter de vous faire surchauffer les neurones avec un gros jeu de gestion-stratégie, je vous garde ça au chaud pour la rentrée.

Je vous propose un petit rafraîchissement qui nous vient de Scandinavie où, chaque année sur l'île de Gotland, un championnat du monde est organisé pour cette discipline. Le Kubb est un jeu d'adresse  appelé aussi échecs ou pétanque Viking car les peuples scandinaves se plaisent à imaginer leurs ancêtres y jouer il y a mille ans déjà.

Si,  pour satisfaire notre besoin de comparaison, on peut effectivement trouver quelques corrélations entre le jeu de quilles, les échecs, le lancer de fer à cheval, la pétanque et le Kubb, ce dernier est un jeu à part entière alliant une bonne dose d’agilité et un peu de stratégie.

Abattre tous les soldats pour atteindre le Roi

Le jeu se déroule sur un terrain de quatre mètres par huit que l'on délimitera à l'aide de quatre pieux de bois. Deux à douze adversaires se placent de chaque côté du champ de bataille et répartissent sur leur ligne les soldats appelés kubb. Le champ est divisé en deux camps par une ligne imaginaire au milieu de laquelle est posé le Roi. A tour de rôle les équipes doivent faire tomber les cinq soldats de la ligne adverse à l'aide de six bâtons qu'ils doivent jeter «à la cuillère» comme à la pétanque classique. C'est seulement une fois cela accompli qu'à l'aide d'un et d'un seul bâton, le Roi peut être abattu. Ce qui offre la victoire et termine le jeu. Si le Roi tombe avant l'entier d'une troupe, l'équipe ayant commis cette faute perd.



Troupes versatiles

Seulement voilà, c'est pas si simple et rapide qu'il n'y paraît. Dans la version «Pro», à la fin de chaque attaque, nous allons ramasser nos soldats tombés et les renvoyer sur le champ adverse où ils vont renforcer les troupes ennemies. Nous devons alors décimer ceux-ci avant de pouvoir nous attaquer à ceux positionnés sur la ligne de l'adversaire. Si nous échouons à faire tomber tous ces ralliés, l'adversaire pourra, à son tour de jeu, avancer jusqu'au kubb resté le plus en avant sur son champs et tirer depuis là. Ainsi de suite.

Cette version est un peu longue pour les débutants, il existe donc une règle simplifiée dans laquelle les ralliés tombés ne sont pas rejetés sur le champ adverse, mais éliminés définitivement.

Le Kubb a l'avantage de pouvoir être joué sur presque tous les terrains, pourvu qu'ils soient plus ou moins plats et en considérant que certains useront plus les pièces en bois. Il est plaisant de pouvoir y jouer à beaucoup, tout âge confondu. Et les parties sont souvent bon enfant, car on se prend vite à haranguer, à faire des bouffonneries et à railler ceux qui voient leurs soldats passer à l'ennemi. Ce qui ne manque pas de faire grogner le camp adverse qui perd parfois la «zen attitude» nécessaire à un tir précis.

On trouve le Kubb dans certains magasins de jeux et en ligne, mais si vous êtes un peu bricoleu.r.se, construire votre propre jeu sera à votre portée (les dimensions des pièces se trouvent ici).

Bon pour la tête est une association à but non lucratif, emmenée par un comité de bénévoles composé de Sarah Dohr, Geoffrey Genest, Anna Lietti, Denis Masmejan, Patrick-Morier-Genoud (président), Jacques Pilet, Chantal Tauxe, Faridée Visinand, Ondine Yaffi (ordre alphabétique).

© 2018 - Association Bon pour la tête | une création WGR